Actuellement je suis encore une étudiante en français, mais comme mes professeurs, j’ai déjà mes propres étudiants.

Mon premier étudiant est un petit garçon de trois ans qui ne parle même pas bien le chinois. Chaque jour il va au jardin d’enfant en compagnie de sa mère. Et à la fin de la semaine, il a un autre travail, c’est d’apprendre le français. Quand je suis allée chez lui pour la première fois, j’étais vraiment étonnée parce qu’il était si petit que j’ai eu la peine de lui apprendre le français. Il ne parlait pas bien le chinois, et puisqu’il étudiait l’anglais au jardin d’enfant, il a souvent mélangé les trois langues. Avec ses jouets, je lui apprenais quelques couleurs et des mots simples tels que monstre, voiture, rouge, etc. j’étais tellement curieuse parce qu’il était trop sage. Le seul problème c’est qu’il s’est fatigué rapidement, et parfois il ne savait pas ce qu’il parlait, le français ou l’anglais. Il y avait même une fois qu’il m’a appelée « maman », le moment le plus dur et complexe pour moi… le pauvre garçon…enfin j’ai pris une excuse pour ne plus lui apprendre le français pour qu’il ait une enfance plus heureuse.

      Et puis j’ai été professeur de français pour les employés qui travaillent dans l’aéroport de Pékin, c’était pour bien les préparer aux Jeux Olympiques. Ils ont vraiment eu une période de difficulté, puisqu’ils avaient à ce moment-là d’autres langues à apprendre comme le japonais, l’allemand, le coréen, etc. Je ne peux jamais oublier leur regard, sincère et sérieux. Comme l’aéroport est un peu très loin de mon université, chaque fois j’ai pris un taxi pour y aller et venir. Un après-midi, après les cours, j’attendais le taxi au bord de la route. J’ai attendu pendant une demi-heure sans avoir vu aucun taxi. J’étais de plus en plus impatiente quand le jour est tombé. Soudainement un taxi m’est venu sans que je lui fasse signe. J’y suis monté. Le chauffeur m’a dit que les deux hommes qui attendaient derrière moi lui ont fait signe de venir pour me prendre.

      J’étais très touchée. Je me suis rendue compte que c’était deux de mes étudiants qui m’ont aidée. Pendant toute la route, je pensais à ce court moment qui m’était cependant éternel. Le soleil s’est couché, les dernières lueurs colorées, un coeur plein de joies. Pendant ma vie universitaire, j’ai fait beaucoup de travail hors de mes études, mais je n’ai jamais été satisfaite comme tel.

__