617b01b528e2d1e236d3ca12

Le temps morose.

Je suis montée dans le bus. J’imaginais que tu m’attendais à la destination, que tu n’avais pas beaucoup changé, que tu me reconnaissais du premier coup, et que je feignais de ne pas t’avoir reconnu, et que tu criais mon nom, doucement, et que tu me sourirais.

J’aurais dû être triste, saisie d’un chagrin complexe. J’aurais dû bouder contre toi. J’aurais dû me venger en t’ignorant. J’aurais voulu être indifférente. Je serais partie malgré mon coeur en peine.

Le bus s’est brusquement arrêté. Je suis descendue, poussée par la foule. Je voyais partout, en te cherchant avec une joie non dissimulée. Comme si tu y étais vraiment.

Tu n’es pas apparu.

Est-ce que le monde, lui, fait du rêve ?

Alors je ferais sûrement de son rêve.

Ou peut-être non.

C’est moi qui me fais des illusions.

Mais j’aurais préféré faire des illusions.

J’aurais aimé mourir en rêvant.